2015 sera-t-elle l’année de la consécration pour la réalité virtuelle ?

2015 sera-t-elle l’année de la consécration pour la réalité virtuelle ?

2403
0
Partage
Réalité virtuelle

RÉALITÉ VIRTUELLE – Après une année 2014 où se sont succédé les annonces, les innovations, ou les fusions d’entreprises ; l’année 2015 pourrait consacrer la démocratisation de la réalité virtuelle. Pour des acteurs dans le domaine des nouvelles technologies comme Google, Facebook ou encore Sony, la réalité virtuelle possède potentiel immense et pourrait même devenir une révolution, ce qui justifie le fait que les casques de réalité virtuelle fleurissent sur le marché.

Le divertissement immersif, fer de lance de la réalité virtuelle

Même si la genèse de la réalité virtuelle se situe vers 1965, ponctuée d’un retour sur le devant de la scène vers les années 1990, c’est véritablement l’année 2014 qui a remis cette technologie au gout du jour. En effet, l’achat de l’entreprise Oculus VR pour 2 milliards de dollars par Facebook, ainsi que la mise sur le marché de nombreux casques de réalité virtuelle (Samsung Gear VR, Google Cardboard, Archos VR Glass,…) montre tout son intérêt, en particulier dans le domaine du divertissement.

En effet, le divertissement étant l’un des premiers objectifs de la réalité virtuelle, il n’est pas surprenant de voir de nombreux applications et projets qui y soient liés. Ainsi, Sony a développé son projet de casque de réalité virtuelle (Morpheus), pour qu’il soit compatible avec sa Playstation 4. De nombreux développeurs ont même annoncé des jeux vidéo compatibles comme EVE Valkyrie, ou encore Wander et War Thunder. Le cinéma n’étant pas en reste, certains réalisateurs comme Peter Jackson imaginent déjà la possibilité de filmer à 360° et d’offrir une expérience des plus immersives aux spectateurs. Imaginez-vous en train de plonger au cœur de la planète Pandora dans Avatar, ou encore dans une des grandes batailles de la saga du Seigneur des Anneaux, à travers un film interactif.

À lire aussi  Ecouteurs très originaux

Cependant, l’un des constats pour l’année 2014 fut le faible nombre d’applications permettant de profiter pleinement des qualités vidéoludiques de la réalité virtuelle, ce qui constitue un frein pour le grand public. Heureusement, 2015 s’annonce sous de meilleurs auspices, grâce au soutien des constructeurs de casques aux développeurs. Par exemple au CES 2015, Razer en partenariat avec Sixense et Leap Motion a annoncé son casque de réalité virtuelle complètement open source : OSVR (Open Source Virtual Reality) commercialisé à 200 €. En outre, un kit pour développeur sera disponible gratuitement courant 2015.

Une technologie qui se démocratise et offre de nombreuses applications

À part le divertissement, de nombreux autres secteurs peuvent profiter de cette technologie. Des secteurs industriels comme le bâtiment, l’aéronautique, l’automobile ou encore le médical. Ainsi, la construction de l’Airbus A350 a profité de simulation en réalité virtuelle et selon Gérard Lignon, le directeur d’Airbus Saint-Nazaire, les gains de coûts de production ont été d’environ 30%. En effet, la simulation virtuelle permet d’anticiper des problèmes, ce sans aucun surcoût.

Ces avantages qui peuvent aussi  s’appliquer aux autres domaines et inaugurer une nouvelle façon de travailler et d’enseigner. Par exemple, dans un futur proche pour visualiser des plans un architecte n’aura sans doute plus besoin de brancher un support de stockage portable comme une clé USB, ou une carte SD, à un ordinateur. Il pourrait visualiser ses plans en 3D en branchant simplement sa clé USB à son casque. Au niveau de l’enseignement et de la formation, il offre une plus value notamment dans des secteurs où une maîtrise technique est requise (laboratoire, école d’ingénieur,…). Cependant, l’un des inconvénients serait que les supports de stockage devraient être adaptés au système du casque et ne pas être encombrant.

À lire aussi  Samsung dévoile un netbook équipé de Chrome OS

 

En conclusion, 2015 devrait être le décollage de la réalité virtuelle, avec une intégration plus poussée auprès du grand public. Toutefois, le véritable enjeu pour cette année sera de convaincre le grand public, en lui offrant un produit qu’il aura intérêt à acquérir, pour pouvoir dépasser la qualification de simple gadget high-tech. Pour reprendre les dires de Peter Jackson : « Nous sommes juste à l’aube d’un bouleversement majeur du monde du divertissement, une fois que la technologie débute vraiment. »

 

Cet article a été rédigé en partenariat avec Tojo RAMASY, bloggeur du site Tootinfo.com, et consultant en communication digitale pour le site USBmegastore.com.